Etude de cas V : Complexe résidentiel à Pune, par Gangotree Architects

2008


Ce travail mérite le plus large intérêt car il essaie d’intégrer de simples dispositifs climatiques passifs et environnementaux dans un projet résidentiel de promoteurs classiques sans faire appel à des pratiques constructives nouvelles ni provoquer de surcoût de construction.

Les architectes ont tenté de mettre en œuvre des morphologies climatiquement passives répondant au climat de Pune en étudiant l’ensoleillement tout au long de l’année et le comportement des vents dominants.

Approche :

« Notre approche architecturale vise à produire des réponses climatiques sensibles en considérant l’effet du climat local sur chaque aspect du bâtiment, du dispositif global aux détails liés aux usages et au confort. Cette approche travaille donc sur l’apport de lumière naturelle dans la structure, les effets de rayonnements, l’humidité relative, la température de l’air et les courants d’air. » Rahul Ravat.

Les données climatiques de Pune montre que l’on est dans un climat chaud et sec. Cette région subit des conditions climatiques rudes caractérisées par un fort taux de rayonnement solaire, une forte température ambiante et une humidité moindre. Par conséquent il est nécessaire de se protéger au maximum du soleil et d’augmenter si possible le niveau d’humidité.

L’objectif de ce projet était donc de minimiser l’apport de chaleur en :

  • Réduisant les surfaces exposées au soleil
  • Multipliant les zones tampons
  • Minimisant les échanges d’air pendant la journée
  • Maximisant les protections solaires
  • Optimisant la perte de chaleur en ventilant les espaces.


Description des dispositifs :

Protection solaire :

Dans leur disposition à l’échelle de l’îlot, les bâtiments sont placés autour d’un espace central, un jardin, qui reste dans l’ombre durant la majeure partie de la journée et bénéficie par la même d’un micro climat bénéfique facilitant les pertes de chaleur.
Le crénelage vertical et horizontal des façades du bâtiment formant des saillies est due à la rotation de certaines cellules d’un étage sur deux (créant des terrasses). Cela permet ainsi un ombrage mutuel des éléments de façade et réduit l’apport de chaleur par rayonnement.

Ventilation :

Les cages d’escalier et les puits de jours jouent le rôle de cheminées d’air et améliorent la ventilation naturelle.
Les failles présentes entre chaque bloc de bâtiment provoquent une accélération de l’air et assurent fraîcheur aux espaces placées sur toute leur hauteur.
Le vent frais dominant vient du sud-ouest est souffle 8 mois de l’année :la composition générale de la résidence est ainsi faite pour capturer cet air et le redistribuer dans tout le site.
Le vent de nord-ouest qui souffle 4 mois seulement par an est capturé par une large ouverture (haute de deux étages) pratiquée dans la structure du bâtiment : deux appartements ont ainsi été supprimés du projet initial créant une grande fenêtre à l’échelle de l’îlot par laquelle entre le vent de nord-ouest.
Cette décision a été argumentée auprès du promoteur comme une opportunité de créer une terrasse commune dans les étages et comme un « plus » dont le manque à gagner pouvait être compensé par la suppression de la piscine et du club de sport, agréments généralement proposés dans ce type d’opération mais n’étant que rarement utilisés par les habitants.

Espaces communs :

Cette terrasse singulière fait en fait partie d’un réseau d’espaces communs situés à mi-hauteur du bâtiment qui servent de lieux de récréation et de rassemblement aux habitants.
Au sol, les espaces de circulation piétons sont clairement séparés de ceux dédiés aux voitures du fait de la configuration du site : les véhiculent circulent en périphérie du complexe et se garent sous les pilotis tandis que l’intérieur de l’îlot est réservé aux piétons.
Cette simple hiérarchisation des flux permet une circulation saine et fluide des habitants.

Energie et traitement des déchets.

Des réservations ont été faites dans les espaces de circulation des flux afin de permettre à terme l’installation individuelle de chauffe-eau solaires, le promoteur ayant jugé complexe la gestion et la distribution équitable de l’eau provenant d’un chauffe-eau solaire collectif.
Un espace de ségrégation des déchets organiques a été installé dans chaque cuisine.
L’eau de pluie est récupérée depuis les toits et entreposée dans un réservoir souterrain afin d’être réutilisée pour l’arrosage du jardin.


Details :

Promoter : Belvalkar Housing

Architect : Rahut Ravat, Gangotree Architects

Date of completion : 2004

Cost : 1200 Rs/sq feet

Nature : 160 flats



ASFInt

Association membre du réseau Architecture sans Frontières International