Introduction



2005
 Csilla Kiss

Le fleuve de l’Indus, qui parcourt quelque 2 880 kilomètres, se partage entre l’Inde et le Pakistan. Son débit est deux fois supérieur à celui du Nil et quatre fois au Colorado.

Après la partition de 1947 et la signature du traité sur la répartition des eaux entre les deux pays voisins, le Pakistan a complété, avec l’appui de la Banque mondiale, le plus important système d’irrigation au monde composé de dix-neuf barrages, dont deux des plus grands de la planète, 50 000 kilomètres de canaux de distribution et 130 000 kilomètres de chenaux.

Cette infrastructure, qui venait s’ajouter aux premiers barrages construits par les Anglais, allait permettre l’irrigation de plus de 14 millions d’hectares de terres.

Le Delta de l’Indus, inextricable lacis de canaux naturels, fût pendant longtemps la région la plus fertile du pays. Le fleuve rejoignait la mer avec un tel débit qu’il pouvait provoquer des vagues allant jusqu’à cent miles des côtes. Cette abondance d’eau douce favorisait l’agriculture, surtout la culture de riz qu’on exportait en Inde et dans les États du Golfe.

Grâce au mélange d’eau douce et d’eau salée, le Delta, situé sur la frontière entre l’Inde et le Pakistan, favorisait le développement de la crevette et de plusieurs autres espèces marines.

Mais l’élaboration de ce complexe en amont du fleuve n’a pas tenu compte des effets à moyen et long terme sur l’environnement et sur la population d’un pays qui dépasse les 132 millions d’habitants.

Aujourd’hui, près d’un quart du territoire couvert par le système de canalisation est inondé ; les terres anciennement fertiles ont été asséchées par l’excès d’eau et la salinisation. Environ 91 % de l’eau de l’Indus est détournée à des fins d’irrigation. À l’embouchure du Delta, l’eau douce ne se rend plus, laissant près de 130 000 personnes sans ressources.

Anciennement un estuaire pour nombres d’espèces animales et végétales et un lieu d’agriculture prospère, la région côtière de la province du Sind, la plus durement touchée par cette entreprise, ressemble désormais à un désert.

Mots-clés