“El Forat de la Vergonya” : Le trou de la honte.

2006

Khedidja Mamou


Cela fait presque deux semaines que je travaille avec ASFCat (Architectes Sans Frontières de Catalogne) à Barcelone. Les premiers jours m’ont parus difficiles car il a fallu trouver un logement, s’adapter à la langue, au rythme de vie bien différent de celui de Paris... et quitter pour quelques temps ses proches amis.

Ca y’est, j’y suis, au coeur du sujet. Il ne m’a fallu que quelques jours pour avoir une idée générale de ce que peut représenter l’exlusion urbaine à Barcelone. D’abord, car ce problème est très récent ( il correspond à la speculation foncière apparue à la suite des J.O de 92 ) et que donc, de nombreuses personnes ( avec des intérêts bien divergents) s’ y impliquent. Ensuite, car elle prend place en plein coeur de la ville ( contrairement à Paris et aux villes françaises où elle a été quasi totalement rejetée en périphérie). Elle fait donc encore partie du paysage quotidien de nombreux barcelonais. Ces quelques jours à venir, je vais essayer d’amasser le plus d’informations possibles pour arrêter un thème de travail...

Pour le moment, deux choses qui m’ont marquées :

“Las Okupas” : les occupations, les squattes...
Dans le quartier ancien ( El bario gotico), j’ai pu voir une projection très intéressante : “las abuelas ( les vieilles ) de San Bernardo”. Projeté dans un lieu loin d’être insolite (un immeuble occupé par une dizaine de jeunes d’horizons diverses qui y ont ouvert un lieu culturel de débats et autres ) ce film traite du sujet des occupations (illégales) de logements abandonnés. Ce phénomène est très présent et fréquent à Barcelone.
En mai 2005 un groupe de voisins ( entre autre de nombreuses femmes agées ) du quartier sévillan de San Bernardo a occupé un bloc de logements. Par cette action ils voullaient exiger des propriétaires et de la Mairie d’assumer leur rôle jusqu’au bout, en réhabilitant les logements en mauvais état. Ce film montre bien comment de nouveaux spéculateurs ont voulu mettre la main sur ce reste de quartier...

“El Forat de la Vergonya” : Le trou de la honte.

Des spéculateurs immobiliers avaient déjà mis la patte sur ce quartier dont ils voulaient raser la plupart des immeubles d’habitation. Depuis que des ruines archéologiques ont été découvertes ( en 2004), les démolitions des derniers immeubles s’accèlèrent, entraînant l’expulsion de dizaine de familles. Le Marché moderne de Santa Caterina ( ci-contre ), devient l’attraction touristique du vieux quartier. Anachronisme !? A la place de ces immeubles en cours de destruction, un beau parking pour les touristes verra le jour, et le quartier perdra sa véritable identité...
Jeudi dernier a eu lieu une manifestation d’habitants du Forat de la Vergonya. Résultat : un agent blessé légèrement et deux personnes incarcérées. Les habitants étaient là pour protester contre l’état d’insalubrité des immeubles. Les agents eux, soutiennent qu’ils sont intervenus suite à un appel dénonçant le vol de matériels dans une boutique du quartier. Nous attendons la suite...



ASFInt

Association membre du réseau Architecture sans Frontières International