Un film sur la vie des pêcheurs

CED, en partenariat avec Praxis, réalise un film sur la vie des pêcheurs un peu plus d’un an après le tsunami. Ce film s’intégrera dans un set de matériel informatif sur le thème du ‘Livelihood’.



2006
 Caroline Dalcq

Depuis le début du mois de février, Benoît, volontaire de CED, accompagné d’un traducteur ou d’une traductrice de Praxis, parcourt avec sa caméra les rues des petits villages affectés par le tsunami...

L’intention du film est de montrer les conséquences du tsunami sur l’activité des villageois, et de brosser le tableau de la situation de l’aide à la réhabilitation, plus d’un an après la catastrophe.
Le documentaire exposera plus particulièrement le point de vue des villageois, mais aussi celui des différents acteurs impliqués dans la réhabilitation (ONGs, gouvernement, pouvoirs locaux,... et les familles bénéficiaires).

Il tentera de répondre à ces questions : l’aide apportée est-elle appropriée ? Adaptée aux besoins, aux activités des villageois ? Les villageois ont-ils été impliqués dans la reconstruction, et dans quelle mesure ? Quels ont été les freins et les contraintes ?

L’occupation de la majorité de ces villageois est axée sur la pêche. Leurs sources de revenu sont variables et fragiles - et fragilisées encore par le tsunami de décembre 2004.
Parmi les initiatives pour favoriser l’épargne, la formation de coopératives et la création de nouvelles sources de revenus, le film présentera les ‘Sangams’ organisés par Praxis au sein des villages. Ces groupes d’aide communautaire sont généralement créés sur base de l’activité des membres (pêcheurs, vendeuses de poissons, petits commerces,...) ; ils bénéficient, entre autres, de prêts à bas intérêt.

Mots-clés