l’organisation du travail sur le chantier de Veerapagupathy

Le travail a été organisé en faisant appel à plusieurs équipes provenant de différents endroits.



2006
 Jerome Skinazi (LinkedIn)

Néanmoins, tous les ouvriers ont été employés comme travailleurs journaliers coordonnés et gérés par les ingénieurs responsables de site de HTG.

Toutes les excavations pour les fondations des maisons ont été creusées par des personnes venant de la communauté de veerapagupathy. Ils ont été rémunérés pour ce travail demandant peu de qualification.

Dans la plupart des cas, les fondations et les soubassements en pierre ont été effectués par des équipes de maçons locaux, qui ne venaient pas de la communauté mais des environs proches. Une petite proportion de ces équipes était constituée de bénéficiaires. Ces 2 étapes de la construction faisant appel à des techniques courantes dans la région, aucune formation n’a était nécessaire.

En ce qui concerne la maçonnerie de brique, une formation était indispensable pour que les maçons locaux soient qualifiés à la mise en œuvre de la technique du rat trap bond. HTG a donc premièrement amené une de ses équipes du Kerala afin de commencer le chantier.

Ils ont ensuite incorporé 2 équipes de maçons locaux qu’ils ont formé à cette technique. Une fois ces équipes formées, il a été possible de rajouter 2 autres équipes et de les former. La formation s’est faite in situ, en travaillant sur les maisons des bénéficiaires.
Ensuite l’équipe du Kerala a quittée le chantier et la majeure partie du chantier a été réalisée par les maçons locaux. Il y a donc eu 4 équipes de 7 maçons, formées à cette nouvelle technique de maçonnerie de brique. Ce groupe de maçons a été dirigé par un chef de chantier local sous la responsabilité des ingénieurs de HTG.

Pour tout le travail de coffrage et de béton, HTG a fait appel à un maçon local qu’ils ont en quelques sortes sous contracté pour s’occuper de toute cette partie du travail. Ils lui ont avancé l’argent pour acheter les matériaux pour exécuter le chantier et lui ont laissé la responsabilité d’engager et de superviser l’équipe du béton. Ils ont formé cet homme et son équipe à la réalisation des dalles allégées en filler slab.

Pour les finitions, ce sont les équipes qui avaient été employé sur la maçonnerie de brique, qui ont été utilisé. Le fait que l’on ne fasse pas de rejointoiement habituellement dans la région a donc obligé une nouvelle formation de ces équipes. Ce travail, plus minutieux, prenant plus de temps, d’autres équipes ont du être rajouté.

La suite du chantier, comprenant la construction d’un centre communautaire sera aussi le terrain pour une autre formation. En effet l’utilisation d’une nouvelle technologie de construction ayant été décidé, la formation des équipes de maçons à la construction en brique de terre stabilisée sera indispensable.

Mots-clés