Toilettes et assainissement

Plusieurs options ont été envisagées pour arriver à une solution très conventionnelle



2006
 Jerome Skinazi (LinkedIn)

En ce qui concerne la construction de toilettes et leurs assainissements, plusieurs solutions ont été envisagées. Si au départ seul 5 foyers avaient choisis que A&D et HTG leur construise des toilettes intérieurs, tandis que les autres décidaient de prendre en charge eux même la construction de leur toilettes extérieurs, avec la réallocation de budget il a été décidé réaliser des toilettes pour tous les bénéficiaires.

Le design des toilettes reste très simple ; reprenant le même type de fondation en pierre et de soubassement que pour les maisons tout en réduisant respectivement de moitié leur profondeur et leur hauteur, la structure est faite de brique de terre cuite maçonné en murs pleins traditionnel. Dans le même esprit que le reste du site, les toilettes seront laissées en briques apparentes à l’extérieur et seront enduits à l’intérieur. Un sol en ciment lissé sera réalisé autour du toilette.

Pour la toiture des toilettes, plusieurs options ont été comparées. Autant la possibilité de réaliser un toit en bois et tuiles, ou en feuilles de cocotiers ( technique traditionnelle), en feuille de tôle ondulé ou bien en filler slab ou en ferrociment on été examiné.

Cette dernière solution a été retenue pour plusieurs raisons.
Le ferrociment est une technique qui permet de faire des petits éléments aussi solides et à moindres coûts par rapport a la technique du filler slab. Elle utilise moins d’acier et requiert moins de travaille, mais nécessite une protection particulière des voies respiratoires des ouvriers.

Le ferrociment est aussi une technique inconnue de la plupart des maçons sur le chantier, ce qui permettra de mettre en place une petite formation sur site, lors de la réalisation des dalles pour les 53 toilettes.

Le ferrociment étant moins consommateur d’acier, matériau polluant, est aussi écologiquement plus approprié.
Finalement l’aspect du ferrociment gardera une unité esthétique avec le reste du chantier. La réalisation de la toiture se fera en trois petites dalles de ferrociment disposées comme des tuiles.

De même que pour le design plusieurs alternatives au système d’assainissement ont été examinées, qu’ils soient collectifs ou individuels. Dans tous les cas, l’inexistence d’un réseau municipal d’assainissement imposait l’autonomie du système.

Parmi les systèmes collectifs 3 possibilités s’offraient ; la première consistant à mettre en place une quinzaine de fosses septiques retraitant les eaux usagées des 58 maisons et les déversant par un champs d’épandage situé dans l’espace collectif ; la deuxième créant au lieu de l’épandage un système de nettoyage des eaux usagées avec un bassin de retraitement ( root zone treatment pond) ; et la troisième examinant la mise en place d’un digesteur anaérobique collectif, permettant la production de gaz et d’électricité.

Pour les systèmes individuels 2 possibilités ont été envisagées ; d’un coté le raccord des toilettes a un digesteur anaérobique permettant le traitement des déchets humains et organiques et permettant la production de gaz pouvant être employé pour la cuisson ; de l’autre un système conventionnel de fosse septique individuelle relié, étant donné le manque d’espace de chaque terrain, à un puit perdu.

C’est cette dernière solution qui a été retenue, bien que n’étant pas la meilleure.

Les approches collectives de l’assainissement se heurtaient à un écueil de taille qui est la responsabilité de l’entretien du système. En effet HTG était très sceptique, au vu de leur expérience sur site, quand à la capacité de la communauté à s’organiser pour gérer au mieux ces installations collectives.

La solution du digesteur et de la création de biogaz, était lui aussi confronté à la réticence de la communauté à associer gaz de cuisson et retraitement des déchets. Cette solution aurait aussi nécessité une nouvelle mouture du budget et un accompagnement social très important.

Seule restait donc la solution de la fosse septique individuelle, qui malgré son manque de pertinence avait l’avantage de ne pas ouvrir un terrain de discorde futur pour les habitants de Veerapagupathy.

Mots-clés