La situation à Rajakamangalamthurai

Au village de Rajakamangalamthurai 90 logements sont prévus pour des habitants en situation précaire.



2006
 Irisha Aroutcheff

Une partie de la communauté de ce village n’étant pas inscrite sur les listes des autorités avant le tsunami ils ont été exclus de la liste des bénéficiaires établie par le gouvernement. D’autres habitants, vivant dans des huttes sur la plage n’ont pas eu de preuves que leur habitation ait été détruites par la vague de 2004 car les feuilles tressées ont pour la plupart disparues. La plupart vivent sur la plage dans des abris temporaires faits de feuilles de cocotier, qui fin mai 2005 ont été inondés par une forte marée. Ces familles ne possèdent pas la terre sur laquelle ils vivent, cette zone côtière étant interdite à la construction.

La préoccupation première des partenaires afin de pouvoir fournir aux familles un logement a été de trouver une terre ou construire.
Cette démarche a pris un certain temps. C’est finalement le conseil de la paroisse, très influent sur la communauté, qui a aider à l’acquisition d’un terrain valide pour la construction.
Par le biais des fonds le la Croix Rouge Française, PRAXIS (le partenaire local) a fait l’achat, le 24 avril dernier d’un terrain d’environ 9000m2 afin d’y construire des habitations pour environ 60 familles. Ce terrain, divisé en lots, sera à terme la propriété des familles.
Le terrain étant parsemé de cocotiers il s’agit de les marquer sur le plan, il leur faudra imaginer les maisons entre les arbres étant donné qu’aucun ne sera coupé...

Les 10 autres familles étant propriétaires de leur terrain, A&D et PRAXIS ont terminé leur processus de travail participatif pour le design des maisons et les enquêtes auprès des familles ont été menées. Le dessin des plans est achevé pour les logements des 10 foyers, à ce jour 4 familles les ont validé et signé. La construction d’une des maisons a atteint le niveau du seuil de fenêtre et les fondations d’une autre ont été creusées.

Mots-clés