Raviver l’écosystème des côtes du district de Kanyakumari.

2006

Irisha Aroutcheff


La mousson a commencé dans le sud de l’Inde c’est le moment de planter...
Dans les huit villages ciblés sur la cote Est du district de Kanyakumari il est question de raviver l’écosystème des côtes. Cet objectif fait partie du programme des microprojets.

Une recherche a été menée pour connaître les plantes indigènes qui devraient être présentes sur cette zone de la côte. Après une enquête menée dans les 8 villages il est apparu que la plupart de ces plantes et arbres sont quasiment absents ou insuffisants.
Parmi ces arbres figurent, l’acacia, le Jack tree, le bois de santal rouge, l’hibiscus, le manguier, le neem et bien d’autres encore.

Le procédé de reforestation est le suivant.
Il est prévu d’installer à Rajakamangalamthurai une pépinière de 2500 plantes sur la terre acquise par A&D et PRAXIS pour la construction des maisons.
1000 plantes seront achetées et prêtes à la plantation et 1500 seront prélevées sur les espèces présentes dans les 8 villages et mis en pépinière.

Il est prévu qu’un atelier d’échange de compétence sera mis en place sur une période de 10 jours. A cette occasion on fera appel à des experts qui, prenant en compte les compétences et savoir-faire local, orienteront 24 personnes volontaires venues des 8 villages (3 personnes par village) sur la procédure à suivre pour entamer la reforestation, l’entretenir et en prendre soin.
Le premier chantier de reforestation se déroulera à Rajakamangalamthurai à l’occasion de la formation.

Une fois la formation terminée, chaque groupe de 3 personnes retourneront dans leur village et, accompagnées de l’expertise des personnes sources invitées pour l’atelier, étudieront les données et nécessités de leur village respectifs et établiront une stratégie et un plan d’action. Ils seront entièrement responsables du chantier de reforestation et de son maintient dans leur propre village, leur action sera financée par A&D et PRAXIS.

A l’issu de cet atelier, 3 personnes seront choisies et seront employées pendant trois mois par le financement A&D-PRAXIS pour s’occuper de la pépinière. Une fois ces trois mois révolus ils devront trouver le moyen de maintenir cet emploi par leurs propres moyens. A&D les aura bien sur formés et conseillés sur la manière de maintenir leur commerce.
Dans la région de Kanyakumari il y a très peu de pépinière, à Nagercoil il n y en a qu’une et qui est bien trop chère pour les villages. Ce commerce pourrait s’avérer tout à fait fructueux.



ASFInt

Association membre du réseau Architecture sans Frontières International