La situation du chantier à Rajakamangalthurai au 26 septembre 2006

2006

Irisha Aroutcheff


La construction des maisons à Rajakamangalamthurai se déroule sur deux sites.
Le premier est au cœur du village ou les maisons des bénéficiaires sont bâtit sur leurs propres terrains et le deuxième se situe juste en bordure du village, environ à 20m de la mer (en marée haute), ou un terrain a été acquis par Praxis grâce aux fonds de la CRF pour être remit aux bénéficiaires ne possédant pas de terre.

Au cœur du village la construction a commencé depuis mai 2006, on comptera au total 15 maisons.
Chaque maison fait la même surface mais sa typologie varie en fonction des souhaits du bénéficiaire, de son emplacement et des vestiges l’entourant.

La construction de huit maisons a atteint le niveau du toit, les dalles en « filler slab » ont été coulées ainsi que les cadres de fenêtres et de portes posés. L’enduit des bas de murs intérieurs et extérieurs et des contours de fenêtre et portes est en cours, le travail de finitions va pouvoir commencer.
Deux autres maisons sont au stade d’excavation.

Sur le terrain acquis en bordure du village la construction a débuté le 1er septembre 2006.
En premier lieu la communauté qui occupera cette terre a été réunie par les deux partenaires A&D et PRAXIS afin de leur présenter les différentes possibilités de plan d’occupations du sol et les différents design de maisons possibles et obtenir leur aval.
L’idée de créer un comite directoire au sein de la communauté qui suivrait la construction du chantier n’a finalement pas été suivi, le partenaire social PRAXIS a estimé que ce comité ne serait pas nécessaire.

A l’issue de la réunion il a été décidé que le terrain serait divisé en 56 parcelles de 3 cents (env. 120m2) pour chacune des 56 familles.
Cinq bandes de terre du nord au sud seront construites, le restant sera consacré aux espaces publics. Deux routes principales, du sud vers le nord, de 4 mètres de large et des allées d’est en ouest desserviront les différentes habitations.

Un design de maisons mitoyennes, a été proposé à la communauté et fortement recommandé par A&D.
Le fait de partager un mur permettra d’une part d’accélérer le processus de construction mais également d’obtenir une surface au sol plus importante grâce aux économies faites sur la construction.
Seuls quelques bénéficiaires ont été réceptifs et ont accepté d’emblée l’idée des maisons jumelles d’autres préféraient une maison individuelle.
Ce n’est qu’une fois que la construction des premières maisons jumelles a commencé que la totalité des bénéficiaires ont été séduits et ont également accepté de partager un mur.

Deux typologies de maisons individuelles ont été proposées rendant 3 typologies de maisons jumelles possibles.
Très rapidement et sans difficultés chaque bénéficiaire a choisi la famille voisine avec laquelle il partagerait un mur et a fait le choix du type de maison.
Chaque maison comprendra une cuisine, un salon, une chambre, une véranda et une toilette. Les bénéficiaires ont eu le choix des pièces, seuls les toilettes ont été imposées par les deux partenaires.

La construction des 12 maisons jumelles soit 6 unités de construction sur la bande Est du terrain a commencé depuis le 1er septembre 2006.
A ce jour la construction de 2 maisons jumelles a atteint le niveau des linteaux, 3 autres le niveau des plaintes et une le niveau du seuil de fenêtre.
Sur la parcelle voisine, ou seront construites 8 maisons, le marquage d’une maison jumelle a été fait ainsi que l’excavation d’une autre.

Depuis le début des constructions sur ce terrain, les bénéficiaires sont très présents sur le chantier et donnent volontiers un coup de main en portant l’eau sur le chantier et en arrosant les murs récemment construits.
Ils sont à ce jour d’avantage en situation d’urgence puisque les abris temporaires qu’ils occupent depuis le tsunami ont été partiellement détruits par les marées.

Portfolio



ASFInt

Association membre du réseau Architecture sans Frontières International