A qui reviennent les décisions... ?

Pour implémenter un projet qui profitera individuellement à des personnes d’une communauté en tant qu’agent extérieur plusieurs difficultés se posent.
Ici la question est de savoir comment répondre à des demandes individuelles lorsque l’on essaye de répondre à un cas d’urgence générale.



2006
 Irisha Aroutcheff

Ce cas s’est posé dans l’un des villages où intervient A&D. L’un des bénéficiaires avait besoin d’une pièce à l’extérieur de la maison pour l’un des membres de la famille qui ne s’entendait absolument pas avec le reste de la famille. Cette situation étant apparemment invivable pour l’ensemble du foyer l’un des responsables a pris la décision de construire cette pièce supplémentaire. La communauté entière s’est alors plaint de l’avantage dont jouissait cette famille.
La construction s’est alors arrêtée. Cette personne âgée a été expulsée de la famille et est hébergée par des voisins. Sa situation est aujourd’hui très précaire, elle ne possède pas d’habitat décent, sa hutte avait été détruite en vue de construire la nouvelle maison...

Que faire de ce cas, à qui revient la décision ?
Doit -ont se tenir au fait qu’un même budget sera alloué à chacun des bénéficiaires quel que soit son cas ou doit on essayer de répondre au mieux aux besoins de chacun afin d’améliorer leur qualité de vie et fournir à chacun un cadre de vie respectable ?
Dans ce dernier cas devons nous laisser la décision entièrement à la communauté ?
Peut on se permettre d’intervenir et de prendre la décision ?
Ou devrions nous plutôt accompagner la communauté dans cette décision pour s’assurer qu’elle soit la plus ‘juste’ possible, mais alors à qui de juger ce qui est juste ou pas ?

Mots-clés