Deux maisons autour d’une cour

Au cœur du village d’Arunthangavillai les bénéficiaires sont propriétaires des terrains et possèdent pour certain de vétustes baraques de feuilles de cocotiers ou sommaires maisons en « dur ». Pour la construction de leur nouvelle maison il a fallu tenir compte tantôt de la taille des terrains, de la composition des familles ou encore des possibilités de préserver le patrimoine bâti en l’incorporant au nouveau bâtiment.
Pour cela chaque maison construite par A&D pour ces bénéficiaires a été étudiée au cas par cas. Cela a, entre autre, permis d’éviter de tomber dans le schéma de construction de maisons identiques.
Ici, je parlerai de deux maisons construites autour d’une cour commune.



2006
 Irisha Aroutcheff

Une famille composée de deux générations vivait jusqu’à présent sous le même toit. Cette famille possédant un terrain relativement étroit souhaitait tout de même profiter de l’occasion de nouvelles constructions pour se départager en deux, tout en gardant une proximité de coutume en Inde.
La solution proposée par les architectes d’A&D a été de construire 2 maisons mitoyennes réunies autour d’une cour centrale.

Cette maison présente donc un aspect extérieur particulier, à l’entrée les deux vérandas sont réunies en une seule tout en étant séparées par une limite imaginaire qui serait le pas de porte. A la suite de chaque véranda, l’une à droite de l’entrée, l’autre à gauche se situent les deux cuisines, puis quatre chambres de part et d’autre de la cour (deux par maison).

Les économies permises grâce à la réunion de ces deux maisons ont permis d’ajouter une cour commune au centre.

Un toit à deux pentes maçonné couvre la cour en gardant des ouvertures sur les pourtours pour permettre une bonne ventilation et une luminosité optimale.
La proposition des architectes d’A&D était de construire un toit traditionnel charpenté en bois et recouvert de tuiles, mais les propriétaires ont préféré le béton. Il semblerait que la raison principale de ce choix est l’idée de modernité véhiculée par le béton contrairement au toit en tuile plus traditionnel, mais également le fait de ne pas avoir à entretenir la toiture et changer les tuiles si nécessaire.
La volonté d’A&D de privilégier la participation des bénéficiaires pour la construction de leur maison mène parfois à des solutions de constructions moins adaptées à l’environnement mais aussi moins esthétique...un choix est à faire...

Ce toit à deux pentes, contrairement aux autres maisons munies d’un toit plat, donne à la maison une hauteur plus importante que les autres. Quelques plaintes ont été déposées par les autres bénéficiaires qui estiment que cette hauteur plus importante élève ses propriétaires à un rang social supérieur a leurs voisins...La prochaine fois l’équipe d’architectes prendra en compte ce détail...

Mots-clés