Interview d’un bénéficiaire : Muttu

2007

Irisha Aroutcheff


A Rajakamangalamthurai la plupart de la terre occupée par les habitants au coeur du village appartient à la paroisse, ses occupants ne peuvent donc obtenir de titre de propriété.

J’ai interviewé un bénéficiaire dans cette situation.

Lire aussi « Comment la paroisse aliène les habitants de Rajakamangalamthurai »

Bonjour, puis je vous demander votre nom ?
Muttu, et voici ma femme Manuela, mes trois filles et mon fils.

Cette maison en construction est la votre ?
Oui

Et ce terrain vous appartient ?
Oui, c’est le terrain de ma famille.

Depuis quand êtes vous installés dans ce village ?
Je suis né sur ce terrain, mes parents m’ont élevé ici ils ont vécu sur ce terrain pendant plus de 65 ans, c’est la que j’ai grandi. Ils avaient une hutte en feuille de palmier. Quand mon père est mort, ma mère est partie au Kerala avec mes sœurs et je me suis installé dans la maison familiale avec ma femme il y a quinze ans.

Puis -je vous demander si vous avez un « patha » (titre de propriété) pour ce terrain ?
Non, personne n’a de « patha » ici, les terres appartiennent à la paroisse. Nous pouvons les occuper autant de temps que nous le souhaitons et revendre ce terrain si nous le voulons mais nous ne pouvons obtenir de « patha ».

Et des acheteurs seraient intéressés par une terre sans « patha » ?
Seuls des voisins souhaitant agrandir leur terrain et qui n’ont eux même pas de titre de propriété seraient intéressés...

J’ai entendu que si vous occupez une terre pendant plus de 14 ans vous avez le droit de faire une demande de « patha » ? Êtes vous au courant de cette loi ?
Oui, je suis au courant mais cette terre ici appartient à la paroisse et la paroisse à un titre de propriété alors on ne pourrait pas en obtenir un. Si on veut vendre on peut faire l’acte sur un papier blanc et cela suffit. Ici tous les villageois sont chrétiens, dès que l’on veut faire quelque chose avec la terre on doit en aviser la paroisse.

Un « patha » vous offre divers avantage et une sécurité...
Oui, en effet. On pourrait par exemple obtenir un prêt bancaire, ma fille est malade et doit subir une opération dont nous n’avons pas les moyens. Mais comme personne n’a de « patha » je n’en ferais pas la demande...

Il me semble que vous avez eu des problèmes au moment de la construction de votre nouvelle maison ?
Oui, notre voisin a réclamé notre terre comme étant la sienne. Il nous a conseillé de déménager sur le nouveau terrain ou le lotissement est en construction, j’ai refusé mes parents ont toujours vécus là et c’est ici que j’ai grandi.

Comment avez-vous réglé la situation ?
On est allés voir le conseil de la paroisse. Après quelques jours de discussions le conseil a tranché et ont affirmé que cette terre m’appartenait.

Le récépissé du payement des taxes foncières ne suffit pas à le prouver ?
Non, car il stipule que j’ai payé mes taxes pour un terrain mais il ne donne aucunement les limites du terrain, ni sa surface...

Donc en cas de problème concernant ce terrain c’est au conseil de la paroisse de décider ?
Oui, et si nous ne sommes pas satisfait on va voir la police, c’est elle qui tranche en dernier recours....

Mais que peut faire la police si vous n’avez pas de papier ?
Elle vient, elle discute avec les villageois, les voisins et tranche.

Votre situation est donc assez fragile...
Oui, c’est vrai. Mais les villageois sont de bons témoins de la situation de chacun et si vraiment on avait un problème pour prouver la propriété de nos terrains je sais qu’ils seraient solidaires. Surtout les femmes !

Ah oui, pourquoi les femmes ?
Elle sont très solidaires les unes des autres et se soutiennent toujours quoi qu’il arrive. Les hommes ne se prononcent pas toujours.....

Merci de noter que A&D garantie la sécurité foncière des bénéficiaires.



ASFInt

Association membre du réseau Architecture sans Frontières International